DLRP Adventure

Le Monde Magique de Disneyland Resort Paris
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mer 9 Aoû - 15:09

Moi non plus je ne me lassarais pas des récit de notre chère Reine
Sa me fait rire Blanche -Neige dans l'histoire Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Jeu 10 Aoû - 11:14

La Reine vous remercie ! cheers



Chapitre XXV

Si Rosetta avait été la seule à voir la mariée quelques instants plus tôt, il n’en fut pas de même pour le chant que tous entendaient, stupéfaits.

« Lalala, lalala, lalalala, la-lâââ… »

Tyrone refusait de croire que le manoir, à nouveau, se jouait d’eux et recommençait ses tours qui semblaient orchestrés par de facétieux revenants.
- Allons, Rosetta, je t’ai entendue ! Ce n’est pas Ava, elle parlait avec Clark !
- Ce n’est pas moi…
- Ce doit être Rita, plutôt ! intervint Ava. Excuse-moi, Ty, mais j’ai déjà entendu ta femme chanter et là ça ne peut pas être elle !
- Peut-être, mais les petits réclament tout le temps des chansons, preuve que leur maman ne chante pas si mal que ça ! Pas comme Rita qui se fait doubler ! Et comme ce n’est pas toujours par la même personne, elle n’a jamais la même voix dans ses numéros de chants selon les films ! rétorqua Ty, surpris de se moquer ainsi de sa maîtresse.
- Mais pourquoi ce ne serait pas Rita ? Elle est peut-être au fond de ce corridor ?

Tyrone allait répondre lorsqu’il vit Rosetta passer devant lui et s’engager dans le corridor, attirée par le chant lancinant.

« Lalala, lalala, lalala, la-lâââ… »

Il dut admettre que ce n’était pas elle, d’autant qu’il connaissait la voix de son épouse. Devant l’inconnu, il avait préféré se bercer de l’illusion que le chant venait d’elle. Après quelques pas, la jeune femme se figea. Elle sentit un souffle glacé envelopper son corps. Le même souffle passait par sa bouche comme si elle était encore à marcher dans la neige. Une forme se matérialisa alors devant elle comme le chant devenait plus précis. L’apparition - Mélanie, Rita, qui était-ce ? Elles se ressemblaient tant - vêtue de sa robe de mariée, avançait vers elle, légèrement courbée, brandissant un chandelier dont les flammes jetaient autour d’elles des ombres inquiétantes. La mariée leva lentement son visage et plongea son regard dans celui de Mrs Power qui tremblait comme une feuille mais ne disait rien. Avant de disparaître aussitôt ! Épouvantée, Rosetta se mit à courir pour revenir d’où elle était venue. Le petit groupe n’avait pas bougé.
- Tu as vu jusqu’où va le corridor ? demanda Tyrone.
- J’ai vu…. J’ai vu….
L’air hagard, le menton tremblant, Rosetta dit enfin :
- J’ai vu encore la mariée fantôme ! Kiiiiiiiiiiii !!!!!!!!! La mariée fantôôôme !!!!!!!!!!!!!!!
A bout de nerfs, Rosetta serait repartie en courant et en criant en direction du grand escalier si Tyrone ne l’avait pas attrapée.
- Il n’y a pas de mariée fantôme, Rosetta ! Seulement dans le scrïpt de « Bloody Rose » mais certainement pas en vrai ! gronda-t-il en fronçant les sourcils.
Rosetta ne se calmant pas, se débattant au contraire dans ses bras, il lui administra une paire de claques, la seconde après Glenn depuis son entrée dans le manoir. Rosetta cessa aussitôt de s’agiter et de gémir.
- Ça va mieux, là ?
- Oui. Pardon, Tyrone.
- Bien !
Il lui sourit gentiment.
- Nous avons tous entendu chanter, Rosie Chérie, mais tu es la seule à avoir vu une mariée, tu comprends ?
Elle fit oui de la tête. On laissa le corridor sans fin pour continuer par l’autre.

Le salon de musique aperçu plus tôt avant l’épisode du corridor sans fin était plutôt petit. Quelques photographies encadrées avec soin ornaient les murs. Quelques meubles dont fauteuils et banquettes de velours, des plantes mortes et fleurs séchées, reliques de leur passé. Une très belle verrière, en forme de box window, ornait le mur du fond. Elle laissait entrevoir ce qui devait être un jardin d’hiver. La végétation, laissée à l’abandon, avait repris ses droits.
- Je plains le malheureux jardinier ! plaisanta Clark.
Le piano était après la verrière l’élément le plus remarquable. Noir, sobre, il portait sur son couvercle une gerbe de fleurs mortes. Un tabouret recouvert de velours rouge invitait tout musicien amateur à prendre place : les partitions étaient déjà en place.
- Nous allons nous asseoir un instant, Rosetta, si tu en as besoin, proposa Tyrone. Tu es fatiguée et nous devrons peut-être marcher encore longtemps.
Il pensait que, s’ils ne sortaient pas du manoir avec Rita au matin, Helen alerterait Henry King et toute l’équipe, et que l’on investirait le manoir pour leur porter secours. Hollywood n’avait que faire de Rosetta, « la marchande de fleurs », mais on ne prendrait pas le risque de perdre dans la nature Tyrone Power, Henry Fonda, Clark Gable, Ava Gardner et Rita Hayworth ! On ignorait sans doute la présence de Glenn Ford, mais la Columbia n’apprécierait pas qu’on ne le lui ramène pas dès que l’on s’apercevrait de sa disparition – car on finirait par comprendre que si sa meilleure amie Rita avait disparu il était probablement près d’elle ou tout du moins parti à sa recherche. Tyrone songeait à Helen. Il était rassurant de savoir que quelqu’un les avait vu se rendre « Chez Ravenswood ». Il était cependant désolé qu’on n’ait rien tenté pour empêcher Rosetta de venir, elle si fragile et si sensible.
- Il faut continuer, Darling, ne te préoccupe pas de moi, nous devons retrouver Rita !

Le petit groupe quitta le salon de musique. Tyrone tenait sa femme contre lui, comme pour la soutenir si elle venait à s’évanouir encore une fois. Glenn lui avait dit qu’elle avait eu un malaise dans le salon hexagonal, qu’il avait voulu la reconduire à l’hôtel mais qu’il n’avait pas pu rouvrir la porte du foyer. Fort heureusement, que Tyrone soit passé par une autre porte était une bonne nouvelle, ils passeraient par les communs pour quitter le manoir… avec Rita.
- Si elle n’est pas en bas, nous irons en haut, il y avait ce grand escalier, et… commença Ava.
Derrière eux, dans le salon de musique qu’ils venaient de laisser, le piano s’était mis à jouer tout seul. Ils se précipitèrent en effet aux premières notes, désireux de savoir qui leur jouait tous ces tours. Personne. Les touches blanches et noires étaient actionnées par une invisible main, « un deus ex machina des enfers » aurait pu dire Orson.
- Bon, ça y est, s’énerva Ava, c’est un mauvais coup fomenté par Rita, complice de l’esprit détraqué d’Orson !
Mais avant que réponse lui soit donnée, qu’on tente de la calmer, que Rosetta, livide, dise quelque chose ou pousse un cri, le chant lancinant repris de plus belle et leur firent abandonner le piano ensorcelé. Les trémolos joués par les mains invisibles s’atténuèrent, le chant les guidait à présent à travers le corridor bordés de portes, aux murs tapissés de violet foncé, aux motifs rappelant des têtes de démons, le démon de la grille d’entrée des jardins. Personne ne dit que le décorateur des lieux avait décidemment des goûts bien macabres mais tous le pensaient. Au bout du couloir, une horloge se dressait de toute sa hauteur, affichait fièrement treize heures, marquant treize coups. Elle marquait l’entrée d’une vaste pièce circulaire tendue de violet. Sur une table placée bien en évidence sur une petite estrade, une boule de cristal fit souvenir à Ava de son rôle de diseuse de bonne aventure, Mme Leota. Mme Leota dont le visage apparut soudain dans le cristal. Une voix venue d’outre-tombe s’éleva alors, alternant l’anglais et le français de la Nouvelle Orléans :

« Goblins & ghoulies, creatures of fright,
We summon you now to dance through the night !
Esprits et fantômes, sur vos fiers destriers,
Escortez dans la nuit la belle fiancée !
Warlocks & witches, answer this call,
Your presence is wanted at this ghostly ball !
Des douze coups de minuit aux mâtines sonnantes,
Nous valserons ensemble, macabres débutantes !
Join now the spirit in nuptial room,
A ravishing bride, a vanishing groom ! »


Les croassements inattendus d’un corbeau vinrent ponctuer l’étrange prophétie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Jeu 10 Aoû - 13:30

Ah ! Cette chère Mme Leota, un personnage incontournable de cette histoire, en bien ou en mal...^^

L'idée du piano hanté, j'adore !

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Jeu 10 Aoû - 16:07

J'aodre I love you C'est vrai que Madame Léota est incontournable Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Ven 11 Aoû - 2:29

Chapitre XXVI

Le visage de la diseuse de bonne aventure disparut avec sa voix. Il ne resta bientôt plus qu’une boule de cristal ordinaire. A l’aide de leurs lampes, les acteurs virent alors un corbeau empaillé sur le dossier d’une chaise.
- Cette fois c’est sûr, c’est un trucage ! s’écria Glenn. Il y a quelqu’un ici qui a installé une petite pièce secrète, une sorte de salle de contrôle, et qui s’amuse à nous jouer des tours en déroulant des tableaux, en nous faisant croire que quelqu’un chante, en mettant en marche un satané piano mécanique et maintenant la tête qui apparaît et qui parle ! Ah oui, et le corbeau ! J’allais oublier le corbeau !
Alors que Tyrone rassurait sa femme qui n’avait pas l’air très bien, tous observaient Glenn. Celui-ci faisait le tour de la pièce circulaire comme s’il allait la passer au peigne fin.
- Levez la tête avec vos lampes, regardez s’il y a des câbles, des fils, des projecteurs, des machins comme ça !
Glenn commençait à croire Mrs Power. Il était bien possible qu’elle ait vu une mariée, après le grand escalier puis dans le couloir sans fin. Mais en aucun cas un fantôme ! La lampe dirigée vers le plafond, l’acteur se mit à crier comme s’il s’adressait à quelque farceur dissimulé à l’étage ou sous les combles :
- Allez, sors de là, Orson ! On ne marche plus ! Ça va, tu t’es bien amusé avec tes fantômes à la noix, tes bougies qui s’éteignent, ton corbeau empaillé, tes peintures bizarres et tes trucs qui chantent « Lalala, lalala machin ! » alors maintenant arrête ça et rend nous Rita !
Rosetta s’approcha et posa sa main sur son bras.
- Glenn… C’est inutile… Il n’y a rien… dit-elle de sa voix douce.
Ni câble ni trucage en vue.
- Mais Orson est malin, il a sûrement tout bien dissimulé ! Il a…
Une mélodie différente de celle qui les avait tous guidés jusque là se fit entendre, un peu étouffée.
- Parfait, allons voir ce qu’il nous réserve maintenant !

Tous suivirent Glenn hors de la grande pièce circulaire. Clark se retourna à plusieurs reprises « pour voir si la boule de cristal se rallume avec la tête à l’intérieur qui cause » mais rien ne se produisit. Il se rendit même à nouveau à l’entrée de la pièce, où ils étaient entrés, pour voir si cela déclenchait un mécanisme, mais rien, toujours rien. Il ne restait plus qu’à poursuivre son chemin en espérant sortir enfin de ce labyrinthe.
- Depuis le temps que nous marchons, nous devrions avoir fait le tour complet du rez-de-chaussée, fit remarquer Tyrone qui tenait sa femme toute serrée contre lui.
A peine achevait-il ces paroles qu’un petit escalier parut devant eux. Le domaine de la diseuse de bonne aventure semblait clore la succession de pièces et il faudrait sans doute revenir jusqu’au grand escalier principal pour emprunter le passage des communs comme Tyrone l’avait fait lorsqu’il était seul.

A moins d’un passage secret, ce qui était bien sûr une possibilité non négligeable, on ne pouvait aller plus loin à moins de suivre le petit escalier. Beaucoup moins imposant que le premier, il était même très discret bien que beau dans ses entrelacements de fer forgé encore embellis par sa forme en colimaçon. Il aurait pu avoir sa place dans un opéra, entre scène et coulisse. L’on imaginait sans peine machinistes et corps de ballet gravissant ces marches dans un sens comme dans l’autre. La musique n’était d’ailleurs point absente. Les quelques notes entendues en bas gagnaient en intensité. Elles ne pouvaient qu’être le fruit d’un instrument imposant.
- Mais… commença Henry.

La surprise était de taille. Il semblait ne rien y avoir à cet étage car tout se jouait en contrebas.
- On a monté plus d’un étage, pas vrai ? poursuivit Ava, le souffle coupée par ce qu’elle voyait.
- Comment savoir...
Ils étaient comme sur le pont d’un navire. Une pièce immense, rectangulaire, s’étendait autour d’eux. Seuls d’étroits passages avaient été laissés sur chacun de ses côtés, bordés de balustrades de fer forgé. L’escalier avait fait songé à un opéra, mais cela ne pouvait être plus vrai que maintenant. Les cinq acteurs et Rosetta avaient, de là-haut, le regard qu’ont habituellement les machinistes. Il ne manquait que les projecteurs. En revanche, des cordages s’entremêlaient, soutenant un lustre immense et… brillamment illuminé !
- Non, c’est impossible… Comment… Il n’est pas électrique, Rita n’aurait pas pu l’allumer, il faudrait le faire descendre puis le hisser…
La voix de Tyrone ne pouvait plus, désormais, masquer son inquiétude.

Ils voulaient voir, ils voulaient savoir ce que révélaient ces balustrades, ce décor de théâtre. Quelle nouvelle mise en scène était-ce là ? Ils s’avancèrent tous en silence jusqu’à atteindre le rebord du balcon sur lequel ils se trouvaient et se penchèrent.

En contrebas, le spectacle était saisissant. Un grand hall s’offrait à leurs yeux dans toute sa magnificence, bordé de colonnes qui soutenaient les balustrades de l’étage supérieur. Une salle de bal souterraine à en juger par la profondeur et le peu de marches en fin de compte gravies. Un miracle d’architecture et de luxe, la magnificence des Ravenswoods, leur gloire. Un étage intermédiaire se dressait entre le parquet et l’endroit où se tenaient les acteurs et Mrs Power. De gracieuses marches de marbre, qui n’étaient point s’en rappeler l’élégance du grand escalier, rejoignaient la salle de bal pour y conduire élégantes et messieurs, au cœur de laquelle une longue table avait été dressée et un festin attendait encore.
- Le mariage… murmura Clark entre ses moustaches.

La beauté cédait la place au macabre lorsque l’on portait un peu d’attention au décor. Le gâteau de mariage était à demi effondré. A côté de l’escalier, le mur portait un tableau représentant le manoir du temps de sa splendeur comme pour mieux rappeler sa déchéance, sa chute. Partout, des spectres tourbillonnaient au son d’une valse, les notes de musique qui avaient attiré le petit groupe jusque là. Les spectres, corps sans matière, laissaient deviner leurs plus beaux atours. Ils dansaient à travers la pièce dans des teintes de vert et de jaune. La musique provenait d’un orgue. Des ombres grimaçantes sortaient des tuyaux à chaque note. L’organiste, vêtue de vert et coiffé d’un haut de forme, se retourna soudain. C’était le rôle interprété par Henry Fonda et l’homme lui ressemblait beaucoup. A la manière du grand escalier, celui présent ici se divisait en deux branches se rejoignant sur un palier intermédiaire. Une scène prévue pour Rita et Tyrone se déroulait sous les yeux ébahis du petit groupe. Une silhouette vêtue de parme, cape et haut de forme tendait la main vers la mariée qui, lentement, s’avançait en descendant les quelques marches qui la séparaient encore de ce palier. Elle tenait un bouquet de roses mortes et son chant lancinant s’élevait jusque par-dessus les notes de l’orgue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Ven 11 Aoû - 3:10

Nous voici enfin dans la salle de bal, le centre nerveux du manoir ; là où tous les principaux protagonistes sont réunis.^^

Que va-t-il se passer ensuite ?

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Ven 11 Aoû - 15:54

La belle salle de bal,j'ai toujours adoré cette scéne Very Happy sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
dada
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Localisation : liege belgique
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Ven 11 Aoû - 19:52

ouais moi aussi lol!!

trop fort l'histoire la suite!!!

_________________
Big Thunder Mining Company

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dada6.skyblog.com
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Dim 13 Aoû - 2:08

Chapitre XXVII

Brillamment illuminée, la salle de bal souterraine faisait figure de passage entre un monde et l’autre. La sarabande des revenants prenait un peu plus d’ampleur à mesure que l’organiste jouait. Valse endiablée qui semblait ne jamais prendre fin, macabres figures. Quelques spectres étaient assis à la table du banquet. Aucun ne regardait la mariée approcher de l’homme à la cape parme. Pareille scène se renouvelait-elle inlassablement chaque nuit depuis le tragique décès de Mélanie ? Était-elle condamnée ainsi à errer dans le manoir comme Rosetta l’avait vue par deux fois avant de rejoindre la salle de bal où son père lui annonçait la mort du fiancé ? Les acteurs, accompagnés de Mrs Power, ne disaient pas un mot. Tout ce qu’ils voyaient étaient conforme au scrïpt et cependant jamais Tyrone ne fit remarquer qu’il était trop jeune pour jouer le rôle du père de Rita, fantôme ou non. Il l’avait dit une fois lorsque le rôle lui avait été proposé mais le costume et le masque l’avait persuadé qu’on n’y verrait rien. C’était aussi pour cela qu’on avait choisi un acteur plus âgé pour les scènes où Ravenswood était vivant. Personne ne disait mot. Le mariage devait être célébré dans ce grand hall, près de l’orgue. Mélanie avait dû descendre confiante les marches aux pieds desquelles attendait son père pour la mener vers son fiancé. Elle avait appris là sa mort.

Lorsque, un à un, les acteurs, Mrs Power, prirent la parole, ce fut dans un souffle comme s’ils craignaient d’attirer sur eux l’attention des spectres s’ils les entendaient.
- Ce sont des… des fantômes ? questionna Clark.
- J’en ai peur…
Tous avaient répondu sauf Rosetta.
- Ils ont l’air malades… chuchota-t-elle.
- Ils ont l’air morts, corrigea Henry.
A ces mots, l’estomac noué par la peur, elle se mit à gémir de nouveau comme elle l’avait déjà fait. Tyrone ne voulut pas prendre de risque, il pensait que le bruit attirerait les spectres et qu’ils viendraient les emporter on ne sait où. Aussitôt, il bâillonna sa femme de la main et murmura à son oreille :
- Chut.
Il l’entraîna ainsi, coincée contre lui, le long de l’étroit balcon surplombant le grand hall où le bal continuait. Les autres les suivirent. Il était inutile de rester. La mariée ressemblait à s’y méprendre à Rita mais bien entendu se n’était pas elle. C’était Mélanie. Le cowboy sur le tableau, la diseuse de bonne aventure dans la boule de cristal, la distribution était au complet. Dans le salon de musique, des photographies encadrées au mur montraient probablement Martha et Henry Ravenswood. Tous étaient là pour la tragique mise en scène.

Un autre escalier en colimaçon les attendait au bout, identique au premier. Les lampes torches étaient à nouveau utiles, le manoir n’était plus illuminé. Le scrïpt parlait du salon hexagonal, lieu de tragédie, où le fiancé avait été pendu, et de la salle de bal, rendez-vous des morts. Il mentionnait bien quelques apparitions de Mélanie en d’autres lieux mais seule Rosetta les avaient vues. Le chant lancinant, en revanche, avait été entendu de tous. Laissant l’escalier derrière lui, le petit groupe découvrit un nouveau corridor décoré de teintes pastelles où le rose et le vert amande rivalisaient de douceur. Décor surprenant pour un tel lieu, les appartements privés probablement. Chacun songeait à appeler « Ritaaa !! » mais nul ne le faisait. Pas après ce qu’il venait de voir. Tyrone retira sa main de la bouche de Rosetta mais ne la lâcha pas pour autant.
- Reste bien près de moi, Rosie Chérie. Il y a des fantômes, par ici !
Il était inquiet comme eux tous mais préférait en rire.

Ils avaient hésité à suivre le grand escalier, se doutant pourtant qu’il menait aux appartements, aux chambres alors que Rita avait dit justement qu’elle dormirait au manoir. Le rez-de-chaussée avait recelé bien des surprises, le grand hall que l’on n’aurait su situer sur un plan leur avait présenté les habitants du manoir. Il était ironique de constater que la salle de bal reprenait vie en retrouvant le temps d’une valse lumière et musique, puisqu’elle n’abritait que la mort. A présent, le premier étage du manoir s’apprêtait à dévoiler ses secrets. Les acteurs et Rosetta avaient descendu l’escalier en colimaçon sur une très courte distance ce qui laissait penser que du rez-de-chaussée ils étaient montés sous les combles d’où ils avaient eu une vue vertigineuse sur la salle de bal souterraine, avant d’emprunter un nouvel escalier plus court jusqu’au premier étage, traditionnellement réservé aux appartements. Fallait-il maintenant ouvrir toutes les portes, fouiller toutes les chambres ? Ils espéraient bien sûr trouver Rita endormie tranquillement dans un lit, quitte à la secouer et à la traîner de force, mais Rosetta tremblait à l’idée d’effectuer le trajet en sens inverse, de repasser devant les fantômes. Tyrone avait deviné ses craintes. Il entreprit de la rassurer sans avoir la preuve de ce qu’il avançait :
- Les fantômes te tracassent parce que nous allons sûrement repasser par leur petite fête mais ils ne te verront même pas. Ils dansent, c’est un spectacle, et le spectacle doit continuer.
Rosetta n’en était pas convaincue mais ne dit rien. Elle promit seulement de ne pas laisser ses jambes se dérober sous elle. Il ne fut pas nécessaire d’ouvrir les chambres une à une. Le chant lancinant se fit à nouveau entendre.

« Lalala, lalala, lalala, la-lâââ… »

Cela provenait de la porte qui était juste en face d’eux. Glenn l’ouvrit à la volée comme s’il allait crier « Police, on ne bouge plus ! », comme si entrer très vite allait empêcher les occupants de s’échapper et révéler au contraire les secrets de Ravenswood manor.

C’était un boudoir. Un boudoir au décor romantique de bonbon anglais. Dans les murs tendus de vert amande, des motifs végétaux entrelacés d’un vert un peu plus soutenu créaient une silhouette de liane sans cesse répétée. Le rose des rideaux leur donnait la douceur convenant à un boudoir. Des plantes mortes rappelaient que l’on était toujours dans le manoir en dépit de la fausse bienveillance des lieux. Sur l’une des étagères de la bibliothèque qui occupait tout un pan de mur, une poupée fixait de ses yeux de porcelaine les visiteurs profanant son sanctuaire. Poupée de cire aux boucles auburn, vêtue d’une robe de mariée, tenant à la main un minuscule bouquet de roses mortes. Les acteurs et Rosetta crurent d’abord qu’elle était à l’effigie de Mélanie. En réalité, elle avait le visage de Mme Leota, la diseuse de bonne aventure. Rosetta se souvint de l’histoire de « Bloody Rose » que son mari lui avait racontée. Elle chercha en vain les paroles qu’il avait prononcées, mais il avait parlé de la poupée, la tête de Mme Leota sur le corps de Mélanie.
Un paravent attira l’attention de tous. Le chant venait de là. Ils le contournèrent et virent, assise devant une magnifique coiffeuse, une femme vêtue d’une robe de mariée leur tournant le dos. La traîne et les multiples plis de la robe, somptueuse architecture de soie, de dentelles et de rubans, s’ouvraient en corolle autour d’elle. Son voile descendait avec grâce jusqu’au bas du dos courbé légèrement en avant pour qu’elle puisse contempler son visage dans l’immense miroir. Des boîtes en carton, ornées de rubans multicolores, l’entouraient. Des cadeaux, des présents en l’honneur de son mariage. Était-ce un fantôme ? Était-ce Mélanie ? Tous les voyaient et non seulement Rosetta.
- La mariée… murmurèrent-ils tous ensemble dans un souffle.
Ils approchèrent plus encore, n’osant la toucher, tant par un étrange respect comme s’il se fut agit d’une déesse que par un sentiment de crainte. Qui était cette femme ? Le voile de dentelle caressait ses joues, des joues marquées par les larmes. On devinait les boucles auburn. Parfaitement immobile, figée, la mariée semblait statufiée pour l’éternité. Pourtant, l’on entendait un chant. Clark vit soudain l’une de ses mains esquisser un léger mouvement. Elle élevait lentement un mouchoir de dentelles jusqu’à son beau visage.

L’immense miroir qui ornait la coiffeuse dessinait la silhouette d’une tête de mort…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Dim 13 Aoû - 2:19

Pas mal du tout !

Pour la peine je vais relire ce passage.^^

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Dim 13 Aoû - 11:51

Génial ce nouveau chapitre Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
dada
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Localisation : liege belgique
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Dim 13 Aoû - 16:09

super le nouveau chapitre!!!

_________________
Big Thunder Mining Company

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dada6.skyblog.com
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Lun 14 Aoû - 3:12

Merci ! cheers



Chapitre XXVIII

Lentement, le visage de la jeune femme se tourna vers les inattendus invités du manoir. Le regard vide, perdu, Rita se tenait devant eux et elle aurait été bien incapable d’expliquer ce qu’elle faisait ainsi dans cette robe de mariée, ce mouchoir à la main. Elle passait d’ailleurs de l’un à l’autre, l’air absent. Elle semblait ne pas les reconnaître mais pour eux le doute n’était pas permis. C’était Rita. A ses pieds, devant la coiffeuse, les vêtements roulés en boule et le chapeau de pluie jaune de l’actrice étaient preuves suffisantes.
- Mais qu’est-ce qu’elle a ? C’est bien elle ! Rita !
Joignant le geste à la parole, Glenn la prit aux épaules. Il ne voulait pas la secouer mais que faire ? Elle semblait hypnotisée, hagarde.
- Aidez-moi !
Tyrone vint à la rescousse ; tous deux incitèrent Rita à se lever. Le voile de la mariée glissa, confirmant son identité.
- Regardez, les boucles auburn ! Ses cheveux sont souples, mais ce ne sont pas des anglaises ! Pas comme le fantôme de tout à l’heure ! fit remarquer Clark.
Il était un peu contrarié de voir que Tyrone avait été plus rapide pour aider Rita.

Ils étaient tacitement d’accord pour se demander plus tard ce qui était arrivé, si elle avait pris quelque chose pour être dans cet état, de son propre gré ou contrainte. Ils devaient quitter cette maison, quitter ce lieu maudit où les revenants orchestraient leur sarabande infernale. Ils la porteraient s’il le fallait. Après tout, il y avait là quatre hommes. Pendant que Glenn et Tyrone la soutenaient puisqu’elle ne tenait visiblement pas sur ses jambes, telle une marionnette, Clark lui mettait le chapeau de pluie sur la tête, le trench coat de l’actrice par-dessus la robe de mariée et emportait le reste de vêtements pour lesquels il eut fallu la déshabiller, ce dont on n’avait pas le temps.
- J’espère que les fantômes ne nous en voudront pas pour ça, mais ce n’est qu’un emprunt. Nous leur renverrons la robe par la poste ! plaisantait-il.
Il ne savait pas si Rita comprenait.
- Dépêchons-nous, sortons de là ! ajouta-t-il.
A peine avait-il prononcé ces mots qu’une Rita chantonnante désignait du doigt un panneau de bois entre l’une des fenêtres et la coiffeuse.

« Lalala, lalala, lalala, la-lâââ… »

- Elle nous indique le chemin !

« La-lâââ… »

- Clark a raison ! s’écria Glenn, elle nous montre un panneau de bois, il doit y avoir une porte derrière ! Poussons-le !
Le chant de la mariée les avait guidé jusque là, ce serait ce chant qui les ferait sortir ! Le panneau pivota sous la pression conjuguée de Glenn et Clark. Tyrone fut soulagé de constater que Rita tenait debout à présent, faute de quoi elle se serait effondrée dans ses bras au moment où Glenn la lâchait. Le panneau de bois révéla un escalier dérobé.
- Allons-y, et… commença Glenn.
Rosetta s’était approchée de Rita. Elle lui toucha la joue du bout du doigt et eut un recul de surprise.
- C’est vivant ! C’est vivant !
Il fallut calmer Mrs Power qui n’avait rien dit jusque là en entrant dans un boudoir où il y avait pourtant une mariée et un miroir dont le contours rappelait une tête de mort.

Le petit groupe se faufila dans l’escalier dérobé. Les marches en colimaçon étaient nombreuses, il semblait ne pas avoir de fin. Toujours dans un état second, Rita suivait néanmoins d’une façon tout à fait naturelle, comme s’il n’y avait jamais eu de mariée ni de fantôme. Elle ne disait mot, elle ne regardait personne, mais elle descendait les marches aussi vite que les autres. L’escalier prit fin après une descente interminable.
- Nous sommes dans la cave, on dirait ! fit observer Henry.
Clark ne put réprimer un sifflement admiratif.
- Je me demande quels merveilleux crus il peut y avoir ! Si ces bouteilles sont là depuis le siècle dernier, ce doit être…
- On a pas le temps !
Rita désigna à nouveau une direction du doigt, toujours chantonnant. Sans se poser de question, tous prirent ce chemin qui les mena à une remise de jardinier. Les lampes leur firent voir une brouette et une fourche toutes deux pourries. Ils ne s’attardèrent pas. Clark avait ramassé dans la cave une photographie jaunie et piquetée de noir représentant Mélanie Ravenswood, ignorant ce qu’elle faisait en un tel lieu. Il la laissa en fin de compte dans la remise, jugeant préférable que le souvenir de la jeune fille ne quitte pas le manoir. Cette photographie lui aurait, de plus, probablement fait frémir chaque fois qu’il l’aurait regardé. Il avait assez des innombrables photographies de Rita qu’il découpait dans la presse et conservait précieusement chez lui dans une chemise en carton.

Une ouverture au fond de la remise, une ouverture vers l’extérieur. C’était gagné, ils venaient de franchir les portes du manoir dans le sens contraire, ils étaient dehors, à Thunder Mesa. Il ne restait plus qu’à passer le portail. Ce furent des jardins d’un genre bien particulier que les acteurs et Mrs Power traversèrent. Ils étaient à l’autre bout de l’entrée principale et ce fut le chemin du cimetière familial qu’ils durent emprunter. Il n’y avait pas le temps de déchiffrer les inscrïptions sur les tombes dont certaines étaient en ruine. Ils voulaient retourner à l’hôtel, désenvoûter Rita ou du moins lui faire voir un médecin. Ils n’entendirent pas le battement de cœur qui provenait de l’une des tombes. Ils l’eussent pris pour l’un des leurs.

Le portail du cimetière ! Le lac de Thunder Mesa était à leurs pieds ! En le suivant, ils reconnaîtraient grâce à leurs lampes les lieux de tournage et ainsi leur hôtel ! Il était hors de question de se retourner, aucun d’entre eux ne voulait revoir le manoir cette nuit et chacun espérait que le retour à Los Angeles serait prompt. Ils n’étaient pas à bout de leurs surprises. Un dernier mauvais sort les attendait. Ni les acteurs ni Mrs Power ne reconnaissaient Thunder Mesa. Où était la jolie cité minière ? Ils avaient sous les yeux des maisons délabrées, en ruine. Était-ce son vrai visage ? A l’horizon, le jour commençait à se lever. Les habitants devaient certainement tous dormir. Que faisaient donc tous ses gens dans les rues, autour du saloon ? Le maire de Thunder Mesa ! Lorsqu’ils approchèrent, le magistrat ôta son chapeau, un haut de forme, et sa tête vint avec. L’apothicaire était là également. Son visage était celui d’un squelette. Devant le saloon, sous une lueur rougeoyante, un piano jouait tout seul tandis qu’une danseuse au visage terrifiant se penchait vers les passants. Partout des squelettes, des cowboys s’entretuant dans des duels sans fin. Des ricanements infinis, des chants venus d’outre-tombe. Au loin, un point ocre commençait à percer les ténèbres…

Au petit jour, Tyrone, Glenn, Clark, Henry, Rita, Ava et Rosetta furent découverts évanouis devant la porte du Lucky Nuggett. On en rit d’abord, pensa qu’ils avaient passé la nuit au saloon, puis on se souvint qu’il avait fermé ses portes au moment de l’incendie du Cowboy Cookout Barbecue. Ils racontèrent leur aventure à Henry King, dans un petit salon de l’hôtel après s’être un peu remis de leurs émotions. Rita ne se souvenait de rien mais elle était comme avant, comme si de rien n’était. A la différence qu’elle portait toujours sous son trench-coat, avec son chapeau de pluie jaune, une robe de mariée victorienne.

En entendant les récits étranges, Henry King décida de laisser « Bloody Rose » inachevé. Il redoutait d’autres mauvais augures. Il y avait déjà eu un incendie et la façon dont le manuscrit était parvenu entre ses mains l’inquiétait maintenant. Toute l’équipe de tournage déserta donc les lieux, au grand dam de Mr le maire qui ne put rien faire pour les retenir. Tyrone lui fit chercher dans son état-civil un dénommé Bill Leota et il dut admettre qu’il s’agissait d’une personne décédée depuis longtemps. Les Powers, Helen et Norbert avaient bien vu et entendu un fantôme, ce soir-là, pendant qu’ils soupaient. Tous partaient donc, laissant la ville du Tonnerre et son secret.

Avant de quitter Thunder Mesa, où les maisons étaient aussi jolies que les jours précédents, où les habitants étaient vivants, Tyrone passa avec sa femme, Helen et les enfants au Thunder Mesa Mercantile Building, un autre general store. Norbert les attendait dans la voiture, tout était prêt pour le départ. C’était la dernière halte dans cette ville. Tyrone voulait seulement quelques provisions. Au mur, un petit tableau représentait une rose qui saignait en perdant ses pétales. Dans un coin, une petite poupée vêtue d’une robe de mariée les regardait, tenant sur ses genoux un petit écriteau sur lequel on pouvait lire :

« Revenez, revenez, vous venez à peine d’arriver… Et je me meurs de solitude… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Lun 14 Aoû - 3:31

And they lived unhappily ever after.

Tel est leur destin : mourir. Twisted Evil

Il me hâte de connaître la suite, ma Grande Reine.

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mar 15 Aoû - 3:43

Chapitre XXIX

Janvier 1951, un an plus tard.

Depuis l’aventure de Thunder Mesa, les cinq acteurs n’avaient pas eu l’occasion de se réunir tous, au grand complet. Ils n’appartenaient pas tous aux mêmes studios et devant l’abandon de « Bloody Rose » le travail avait repris pour chacun de son côté. Tyrone, en particulier, enchaînait les tournages. A peine était-il de retour à Los Angeles qu’on lui proposait « The Black Rose », titre que l’on n’avait point choisi pour se moquer du projet maudit de Henry King mais ô combien déconcertant. Lorsqu’un exemplaire du scrïpt était parvenu entre ses mains, il avait eu l’impression de recevoir une nouvelle version de « Bloody Rose » mais il n’en était rien. L’histoire se passait en Orient sans aucun rapport avec les revenants qui hantaient la salle de bal ou la cité minière. Ce film marquait sa seconde collaboration avec Orson Welles après « Prince of Foxes » en 1949. A cette époque-là, Orson s’était exilé en Europe depuis déjà quelques années et se trouvait en Italie, lieu de l’action du film évoluant dans la Renaissance de Cesare Borgia, personnage du génial touche-à-tout. Rita vivait alors à Cannes, au Palais de l’Horizon aux côtés du Prince dont elle était encore l’épouse. Orson et Tyrone avaient apprécié leur travail en commun et avaient passé de longs moments nostalgiques tous deux, abandonnés de leur déesse. Les choses furent un peu différentes sur le tournage de « The Black Rose » : Rita était revenue de Thunder Mesa avec Mr Power. Le film sortit en Août sur les écrans. Tyrone travaillait déjà sur « An American guerrilla in the Philippines ». Il avait ensuite reçu le scrïpt de « Rawhide » dont la sortie était prévue pour Mars 1951. Entre ces semaines de travail éreintant, Tyrone recevait parfois ses amis le vendredi ou le samedi. Mais du petit groupe de Phantom Manor il en manquait toujours un ou deux, qu’il voyait ensuite alors que les autres n’étaient pas disponibles. Ce fut donc à la fin du mois de Janvier 1951 qu’ils se retrouvèrent tous au complet au milieu des autres invités conviés par Tyrone en l’honneur de la naissance de sa première fille, Clementine.

Rayonnante de bonheur, Rosetta présentait fièrement à chacun le bébé niché dans ses bras.
- C’est ma petite fille, Clementine ! Elle a trois semaines !
C’était son troisième bébé après ses deux fils, Tyrone IV et Dallas. Thomas était un enfant adopté. Le filleul de Rosetta, que ses parents, Mr et Mrs O’Leary, avaient recueillis tout petit après la mort des siens. L’enfant s’était attaché à Rosetta et l’avait appelée « maman » elle et elle seule, non Mrs O’Leary. Rosetta ne pouvait pas envisager de le laisser lorsqu’elle se marierait. Elle en avait parlé à Tyrone et l’acteur avait immédiatement fait les démarches nécessaires pour adopter le petit Tom. Il avait engagé Helen à cette occasion. C’était à elle qu’il devait d’être accepté par le petit Tom qui ne voulait pas, au début, partager sa « maman Rosetta ». La famille s’était ensuite agrandie avec la naissance de Tyrone IV, celle de Dallas et maintenant une petite fille, Clementine.

Laissant entre eux les autres invités, le petit groupe de Ravenswood Manor se réunit dans un petit salon. Ils n’avaient jamais réellement parlé de leur aventure après leur retour à Los Angeles. Ils ne comprenaient pas ce qui était arrivé. Comment avaient-ils pu être découverts évanouis devant le saloon sans être morts de froid, cela seul aurait mérité explication. Ils avaient des manteaux, certes, mais Clark par exemple ne portait qu’un pyjama en dessous. Ils ne comprenaient pas.
- J’ai rêvé que j’étais Blanche-Neige, Tyrone, le Prince et Rita, la Reine cette nuit-là, dit Rosetta.
Clementine dormait paisiblement dans son berceau. Ses frères dans leurs lits.
- Ah oui, la Reine, c’est moi ! Mais je ne suis pas une vieille sorcière ! Tyrone, elle m’insulte ! Le bac à fleurs m’insulte !
- Et que sont devenus les pellicules ? intervint Clark.
Il parvint à détourner l’attention de Rita que Tyrone essayait de calmer, assis entre ses deux femmes.
- Elles sont archivées dans un coffre de la Fox avec le scrïpt original. Henry King l’a dit à Tyrone. N’est-ce pas, mon chéri ?
- Ne m’appelle pas « mon chéri » quand il y a Rosie, s’il te plait.
Et Tyrone se mit à embrasser Rosetta sous ses yeux.

Clark demanda ensuite à Tyrone qui était réellement Bill Leota tandis que Glenn calmait son amie.
- Bill Leota ? On ne sait pas, juste que c’est quelqu’un qui est mort depuis longtemps. On pense que c’était le fils de la diseuse de bonne aventure et qu’elle l’a peut-être eu de Mr Ravenswood. Enfin c’est ce qu’on pense Ava, Henry et moi.
Les deux intéressés approuvèrent d’un signe de tête.
- J’ai essayé de vendre notre aventure à Orson pour qu’il en fasse un film ! reprit Tyrone.
- Aah, et alors ? Il a dû refuser, il ne m’en a jamais parlée !

Rita venait de rebondir dans la conversation comme un serpent sortant de sa boîte.
- Alors, Rita, il a jugé notre histoire trop simpliste et n’a jamais voulu en faire quoi que ce soit, même pas un court métrage.
- Mais à moi tu n’as jamais dit que tu avais eu ce projet !
- Je l’aurais dit si Orson avait accepté.

Tyrone avait eu cette idée sur le tournage de « The Black Rose ». Il voyait en Orson la personne idéale pour conter cette histoire d’acteurs qui se retrouvent dans un manoir hanté. Il y aurait eu une histoire dans l’histoire, un concept dans le concept, un microcosme dans un macrocosme. « Bloody Rose », bien sûr, aurait servi de toile de fond et il aurait fallu l’accord de Henry King. Cela aurait pu s’appeler « Making Bloody Rose », ainsi les images filmées par le cinéaste à Thunder Mesa auraient pu être présentées au public et Orson aurait ensuite bifurqué sur son propre métrage : les acteurs de « Bloody Rose » pris eux-mêmes dans leur fiction dans une réalité fantasmagorique. Un film dans le film, où serait le vrai, où serait le faux, le public aurait dû trancher . Tyrone trouvait son idée remarquable, mais pas Orson, contrarié par la présence de Rita dans le projet « Bloody Rose », n’ayant aucune envie de diriger Tyrone avec elle dans un film et encore moins de filmer son ex femme d’une manière aussi ridicule qu’avec un chapeau de pluie jaune sur une robe de mariée victorienne. Il avait dit non, et sa décision était définitive.
- Il a ajouté que ses idées de films il les trouvait lui-même, conclue Tyrone.
En s’excusant, Rosetta se leva. On venait de lui annoncer l’arrivée tardive de Don Ameche. Elle alla l’accueillir, en bonne maîtresse de maison, et lui montrer sa fille endormie. Tyrone la rejoignit peu après. Henry, Ava, Clark, Glenn et Rita changèrent de conversation puis se mêlèrent aux autres invités.

Il n’y aurait donc plus de « Bloody Rose », plus de Ravenswood Manor… pour quelques décennies. Avant qu’un autre génie lui rende hommage. Son nom, Walter Elias Disney.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mar 15 Aoû - 12:47

Eh oui, il faut bien quelqu'un pour prendre le relais dans cette histoire.^^

Quel dommage qu'elle se termine ici, j'adore !!!

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mar 15 Aoû - 14:22

Quelle merveilleuse histoires que tu nous à fait partager Very Happy Merci mille fois
Bravo à queen la reine des histoires queen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mar 15 Aoû - 15:13

Merci à vous ! cheers

Mais elle n'est pas finie, il y a encore un chapitre ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mer 16 Aoû - 0:25

Donc, comme je disais dans le post précédent, il reste encore un chapitre. Le voici, le dernier. cheers



Chapitre XXX

Avril 1992.

Les visiteurs se pressaient en masse pour découvrir le tout nouveau parc Disney. Implanté en France, près de Marne-la-Vallée, à une trentaine de kilomètres de Paris, Eurodisney était ouvert depuis quelques jours. La magie Disney était enfin disponible en Europe sous sa forme la plus accomplie pour des milliers, des millions de visiteurs qui n’avaient jamais pu se rendre en Californie au Disneyland d’Anaheim, en Floride au Walt Disney World d’Orlando ou à Dizneyland Tokyo, premier parc situé hors du territoire américain. Chacun de ses parcs était cependant différent, avait son identité propre, mais aucun ne l’était autant qu’Eurodisney qui avait intégré des légendes et folklores européens tant dans ses décors que dans ses attractions.

Rosetta serrait la main de Glenn dans la sienne comme ils entraient dans le parc, comme pour s’assurer que tout ce qu’elle voyait était bien réel. Comme ils avançaient dans Main Street USA, reconstitution de l’une des rues de la ville natale de Walt Disney, les souvenirs la submergeaient et la renvoyaient quarante-deux ans en arrière. Ce jour de Janvier 1950, lorsque la voiture de son mari était tombée en panne et qu’il avait fallu passer la nuit dans une petite ville inconnue. Les « Main Street Motors » étaient là, Discovery Arcade, le Gibson Girl Ice Cream Parlour, la confiserie, la pension de famille où elle avait dormi, l’établissement où elle avait déjeuné, le barbier !
- Il y a même le Casey Corner, au bout de Liberty Arcade ! Nous n’y étions pas allés mais je sais que leur spécialité était les hotdogs. Pauvre Orson, s’il était encore parmi nous, il… Il parait qu’il pouvait en manger dix-huit à la suite malgré les recommandations de son médecin qui lui disait de ne pas manger comme quatre à moins qu’il y ait trois autres personnes.
Glenn écoutait, ému. Rosetta avait les larmes aux yeux. Elle ne pouvait s’empêcher de parler de tous ceux qui n’étaient plus là.
- Je suis heureuse que tu sois là avec nous, Glenn. Je n’aurais pas pu revoir Ravenswood Manor sans toi. Je voudrais qu’ils soient tous là, mais…
Il lui sourit et serra sa main à son tour. Il considéra son amie, toute vêtue de noir.
- Tu as toujours tenu ta promesse, dit-il simplement.
Rosetta était veuve depuis trente-trois et cinq mois. En Novembre 1958, à Madrid, sur le tournage de « Solomon & Sheba », Tyrone avait été terrassé par une attaque cardiaque à l’âge de quarante-quatre ans. Il avait eu quelques alertes dont il n’avait pas tenu compte. Il avait fallu l’annoncer à une Rosetta hagarde qui serrait contre son cœur son dernier enfant, un petit garçon de quelques mois.
- Oui… Ce jour-là, j’ai fait le serment de toujours porter du noir. Ce n’est pas seulement le deuil. Il aimait cette couleur, il voulait toujours que j’en porte lorsqu’il m’emmenait au restaurant ou au cinéma.

Glenn et Rosetta laissèrent Main Street USA et se dirigèrent vers Frontierland, le monde du western que l’acteur connaissait bien. Tout était là une fois de plus. La cité minière baptisée Thunder Mesa, le Lucky Nuggett, le Silverspur Steakhouse, le Fuente del Oro. Les boutiques. La montagne ocre, transformée en attraction où des wagonnets dévalaient ses pentes à toute allure. Seul chose étrange, un bateau à aube se promenant sur le lac. Le manoir, lui, était là, dressant son ombre comme autrefois sur son promontoire. Fidèlement reconstitué. Rosetta en fut bouleversée. Elle avait le souffle coupé. Il en était de même pour Glenn.
- Il est là…
- A côté de Paris comme il était là-bas dans nos souvenirs…
Les visiteurs du parc passaient à côté d’eux sans se retourner, allant faire un tour dans ce qui était devenu une attraction. Rosetta et Glenn avaient beau attendre, ils resteraient seuls. Personne ne pouvait les rejoindre. Personne ayant pénétré Ravenswood Manor quarante-deux ans auparavant Petit à petit, leurs compagnons s’étaient éteints. Tyrone le premier, puis Clark jusqu’à Ava deux ans auparavant. Elle suivait les avancées des travaux, elle avait vu les premières photos des maquettes de ce qu’il fallait appeler maintenant « Phantom Manor » et devait rejoindre Glenn et Rosetta lorsque le parc ouvrirait ses portes, mais une pneumonie l’avait emportée à Londres en 1990.
- Elle ne viendra pas. Ils ne viendront plus, dit doucement Rosetta d’une petite voix triste.
Glenn la prit dans ses bras comme elle fondait en larmes.
- Allons attendre les enfants dans l’une des boutiques. Ils ne devraient plus tarder.
Il parvint à l’entraîner chez « Tobias Norton & sons ». Rosetta y vit, parmi quantité de marchandises dont des serre-têtes à oreilles de Mickey, des petites poupées indiennes.
- Je ne vois pas de poupée mariée, cela me rassure. Mais ces petites indiennes… Tyrone en a acheté une à Thunder Mesa. Je lui ai dit que je n’avais pas de petite fille et il a répondu « Pas encore ». Lorsque nous sommes arrivés à Los Angeles, il m’a été impossible de retrouver cette poupée dans nos bagages. C’est comme si elle n’avait jamais existé. J’aurais presque peur de toucher celles-ci et de me retrouver dans la quatrième dimension !
Les enfants les rejoignirent enfin. Enfants et petits-enfants. Peter, le fils que Glenn avait eu de son mariage avec Eleanor Powell, sa femme et leurs enfants. Les quatre fils et les deux filles de Rosetta et de Tyrone, leur conjoint respectif et leurs propres enfants. Tout ce petit monde se dirigea vers la butte de « Phantom Manor ».

En 1955, Walt Disney avait inauguré à Anaheim, en Californie, son premier parc d’attractions, Disneyland. Tyrone y avait emmené sa femme et leurs enfants. Rosetta venait de donner naissance à sa seconde fille, une petite Rosetta. Helen l’avait promenée tandis que Mr et Mrs Power faisaient l’attraction de « Haunted Mansion ». Ils furent frappés en voyant des tableaux se dérouler bien que différents de ceux qu’ils avaient vu à Ravenswood Manor, une tête dans une boule de cristal, une salle de bal identique cette fois à celle qu’ils connaissaient, une mariée enfin. Tyrone contacta Walt Disney pour en savoir plus. Il lui raconta en détail leur aventure de Thunder Mesa si jamais il ouvrait un autre parc. Rosetta avait parlé du pendu qu’elle avait cru voir afin qu’il soit ajouté. Henry King alla même chercher le scrïpt original, l’étrange manuscrit de « Bloody Rose », endormi depuis cinq ans dans les archives de la Fox. D’autres parcs furent ouverts après le décès de Tyrone. La promesse que Walt Disney lui avait faite fut tenue par son frère, Roy Disney. « Bloody Rose » était considérée comme un concept européen. Ce n’était pas des fantômes pour faire rire, c’était toute une atmosphère romantique, gothique et victorienne. Ravenswood Manor ne pouvait donc voir le jour que dans un parc européen. Rebaptisée « Phantom Manor », l’attraction fut la dernière supervisée par Walt Disney avant de décéder. Lorsque Eurodisney ouvrit enfin, lorsque la promesse fut tenue, il n’y avait plus que Rosetta et Glenn pour juger du résultat.

La façade du manoir était bien la même. Ni plantation du Sud comme à Anaheim, ni manoir flamand comme en Floride et à Tokyo. C’était Ravenswood Manor. On vit entrer, serrant toujours la main de Glenn, une petite grand-mère tout en noir prénommée Rosetta, en larmes. Les employés chargés de faire peur aux gens à leur entrée dans le manoir la regardaient sans comprendre. Ils avaient l’impression de voir entrer un cortège funèbre. Glenn pleurait aussi, transporté par l’émotion. Il ne pouvait entrer dans l’attraction qu’un nombre limité de personnes. Les enfants et petits-enfants remplirent le foyer de sorte qu’il ne se trouvait aucun autre visiteur avec eux. La porte se referma. Une voix venue de nulle part prononça alors ces mots que Clark avait dit autrefois pour s’amuser à imiter Orson :

« Vous, vous qui avez osé troubler la sérénité de ces lieux... Aurez-vous le courage de franchir la porte de cette maison... ?

On dit que « Phantom Manor » est réellement hanté...


FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Cow-boy
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 428
Age : 34
Localisation : Val d'Oise (95)
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mer 16 Aoû - 0:33

Voilà un récit qui me laisse sur ma fin.

J'en suis ému, je n'ai jamais lu quelque chose d'aussi beau que cette oeuvre...

Merci * infini, ma Reine.

_________________
Bienvenue à Thunder Mesa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludivine_la_fee_clochette
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 26
Localisation : A tortuga avec Jacl Sparrow à boire du rhum!!!^^
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Mer 16 Aoû - 17:44

Je suis du même avis que Cow-Boy je n'avais jamais lu quelque chose d'aussi beau,aussi bien raconter et très bien écrit
bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minnielastar.skyblog.com
missrnrc
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 689
Age : 27
Localisation : in Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Sam 19 Aoû - 22:41

cheers cheers Bravo bravo et encore bravo c'est vraiment super bien écrit t'es vraiment la queen reine queen de l'écriture !! Exclamation Exclamation Ton imagination est débordante!! cheers cheers Merci pour ces moments de reve flower

_________________
rock'n roller coaster en force
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moquetpowaa.skyblog.com/
Rosetta Norrington
Fan DLRP Adventure
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 38
Localisation : Dans les bras du Commodore
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   Ven 25 Aoû - 11:06

Merci infiniment, tout le monde ! flower flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesrosesderosetta.aceboard.fr/?login=103736
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Bloody Rose" [Main St., F.land, Phantom Manor]
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Tudor Oyster "small Rose" 7804
» [DES Luts SD] La Grande Déesse: "Dark Rose" (bas p1)
» WOLVERINE VS. SABRETOOTH "BLOODY BATTLE" DIORAMA
» Goélette "La rose"
» [Collection] "Série Noire et Rose" (Lutèce)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DLRP Adventure :: FAN FICTIONS :: Histoires autour des attractions...-
Sauter vers: